ENTREPRISE

La protection des travailleurs isolés

Un travailleur est dit isolé s’il réalise ses tâches hors de la vue et d’écoute de ses collègues ou d’une autre personne. Ces conditions de travail représentent un risque de nature psychologique et médicale pour le salarié en entreprise, mais peuvent aussi engendrer du stress et des accidents.

Les obligations de l’employeur envers le travailleur isolé 

Aucune loi n’interdit le travail en isolement. Néanmoins, les employeurs ont des normes à respecter, ils doivent déployer les moyens nécessaires pour garantir la sécurité et la santé des travailleurs isolés. Ils doivent notamment prendre les mesures adéquates pour que les salariés réalisant leurs tâches en un lieu isolé ou en dehors des horaires normaux de travail puissent être secourus rapidement si un accident venait à se produire. Le cas échéant, le travailleur isolé doit pouvoir signaler un problème pour permettre une intervention rapide des secours si nécessaire. 

Pour garantir la sécurité de ses employés, le chef d’entreprise se doit de les sensibiliser à l’exécution de leurs tâches en isolement. Les travailleurs isolés doivent ainsi suivre une formation spécifique qui puisse les familiariser aux conditions de travail en isolement, mais qui puisse aussi leur permettre de réagir convenablement en cas de situation de détresse. Dans la mise en place d’une protection du travailleur isolé ou PTI, l’employeur est également tenu d’établir une surveillance sonore et/ou visuelle dans les lieux où le travail en isolement est requis. Un réaménagement du planning pour permettre la réalisation des tâches à haut risque durant les horaires normaux est requis. En complément de toutes ses mesures, le chef d’entreprise peut équiper ses salariés d’un DATI ou Dispositif d’Alarme du Travailleur Isolé. 

DATI : mode de fonctionnement et types 

Même si certaines solutions de mises aux normes disposent de fonctionnalités avancées, tous les DATI ont pour rôle premier d’envoyer une alarme si la situation le requiert. L’émission de cette alarme se fait de manière volontaire en appuyant sur un bouton ou de manière involontaire par la détection de la perte de verticalité ou d’immobilité. Avant l’émission de l’alarme automatique, des pré-alarmes que le travailleur isolé peut couper sont d’abord transmis. Si l’alarme est tout de même lancée, une levée de doute s’impose pour déterminer la gravité de la situation et la nécessité d’envoyer ou non les secours. 

Parmi les principaux dispositifs sur le marché figurent :

  • les boitiers. Assez basiques, mais compacts et solides, ils sont uniquement utilisés pour l’émission d’alarmes.
  • les portatifs radio. Avec la mise en place d’un réseau radio spécifique, ils permettent une liaison radio en permanence et une transmission plus sécurisée. Cette solution est plus indiquée pour les conditions de travail extrême.
  • les téléphones mobiles GSM. En plus des fonctionnalités d’un téléphone portable, ils disposent souvent de plusieurs types d’alerte.
  • les Digital Enhanced Cordless Telecommuncations ou DETC. Ce dispositif s’apparente à un téléphone sans fil, mais qui est doté d’un système de géolocalisation. 

Avant d’opter pour un dispositif, il est essentiel d’identifier les employés qui travaillent en isolement et de déterminer les conditions dans lesquelles ils réalisent leurs tâches afin de leur fournir le système de protection du travailleur isolé ou PTI adapté.

Les commentaires sont fermés.

0 %